Accueil La grande histoire Les séances de Bristol

Les séances de Bristol

0
0
65

71czzO5tQuL._SS500_ (2)

En 1927 les maisons de disques Américaines sont devant un défi  sans précédent. Jusqu’alors leur principale cible était la classe moyenne urbaine. Mais au milieu des années 20  ce public se tourne vers une nouvelle technologie, la radio! Les ventes de disques chutent rapidement et les compagnies cherchent alors  de nouveaux clients.

L’idée est de développer le marchés « des gens de la campagne ». Pour se faire il faut enregistrer la musique qui intéresse  ce public : Le blues (pour le public noir) et la country (pour la musique blanche).

Ils envoient alors des équipes dans le sud du pays (où cette musique était pour des raisons d’isolement géographique plus préservée qu’ailleurs)   et diffusent des publicités pour inviter les musiciens à venir auditionner.  Ceux cies  font parfois plus de 1000 km pour venir tenter leur chance

Les bristol sessions ne représentent pourtant pas  les premiers enregistrements country.

Vernon Dalhart , en 1922, enregistra le titre Wreck of the Old 97 qui se vendit à plus d’un million d’exemplaires.  D’autres encore comme Ernest Stoneman de Galax, Virginie , ou Henry Whitter avaient enregistré des disques mais tous devaient  se rendre dans les studios new-yorkais des grands labels. L’évolution des techniques d’enregistrement à partir de 1925 permis aux disques d’avoir à nouveau un meilleur son que la radio et de  justifier le développement  de systèmes d’enregistrements portatifs.

C’est dans ce  contexte que la plus grande compagnie de l’époque, Victor, engage Ralph Peer dans le but de sillonner les contrées isolées du sud pour trouver de nouveaux talents.

Ralph Peer, en 1927,  n’est plus un débutant. C’est lui qui a produit la chanson de Mamie Smith Crazy Blues, qui si elle  n’est pas le premier blues enregistré de l’histoire de la musique, ni même le premier enregistrement de mamie smith, reste cependant le premier grand tube de l’histoire du blues . Ralph Peer a également enregistré le violoniste Fiddlin john carson    qui fut le premier artiste country originaire du Sud des États-Unis à enregistrer un disque, à l’âge de 55 ans! C’est également Ralph Peer qui est à la racine même du nom Hillbilly music . lorsqu’il enregistre l’orchestre à cordes du violoniste Al Hopkins; il lui demande  quel est le style de cette musique et Hopkins lui répond « We’re just a bunch of hillbillies from North Carolina and Virginia. Call it anything you want » (Nous sommes juste une bande de Hillbillies de la Caroline du Nord et de Virginie. Appelez ça comme vous voulez). Peer a  donc déjà, en 1927,  la réputation d’avoir l’intuition pour  détecter les artistes les plus prometteurs. Il dira d’ailleurs lui même, lorsqu’il fera le bilan de sa carrière,  qu’il avait ce sixième sens qui lui permettait de savoir « où la foudre allait tomber ».

Entre le 25 juillet et le 5 août 1927, Peer organise des sessions d’enregistrement au troisième étage de la Taylor-Christian Hat and Glove Company sur State Street à Bristol.

Durant la première semaine il enregistre des artistes de talents mais aucun n’a,  selon Peer, le potentiel pour devenir une vraie « Star ».

Afin de remplir la deuxième semaine d’audition, Peer passe une nouvelle annonce dans la presse qui met en valeur le succès des quelques artistes locaux qui ont déjà fait « fortune »  grâce à leurs enregistrements.

Les séances se remplissent alors très rapidement. Peer est même obligé de rajouter des  sessions pour mettre sur bande toutes les musiques enregistrées par des artistes  dont la plupart n’avaient jamais mis les pieds à Bristol avant!

76 chansons sont enregistrées par 19 musiciens différents.

Deux noms vont changer l’histoire de la country music à tout jamais.

Jimmie Rodgers  en 1927, bénéficie déjà d’une popularité locale avec son groupe « les ramblers ».

Ensemble ils  empruntent  une auto pour venir auditionner. En se présentant en groupe, les musiciens pensent impressionner davantage M. Peer. Cependant, la veille de leur audition, une dispute au sujet de la position de leader éclate entre Jimmie et d’autres membres des Ramblers. Malgré tout, Jimmie reste motivé et décide de chanter seul avec sa guitare. Il enregistre deux chansons ce jour-là : Sleep, Baby, Sleep et The Soldier’s

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Le disque sort en octobre 1927 mais ne connaît pas un grand succès. Ralph Peer décide cependant de lui laisser une nouvelle chance et enregistre (cette fois ci à new york) de nouvelles chansons incluant T for Texas.  Ce morceau eut un énorme succès.

Le monde découvre alors  l’originalité de sa voix, combinée à son habileté à jouer de la guitare, ainsi que son yodle étrange et spécifique, devenu sa  marque  de fabrique. A partir de 1928 Jimmie rodgers est  une star dont les disques se vendent partout dans le monde! Malheureusement Jimmie est de santé Fragile puisqu’on lui diagnostique à l’âge de 20 ans la tuberculose.

Au début des années 30 sa santé se détériore rapidement.

Le 17 mai 1933, Jimmie prévoit une session d’enregistrement avec Peer. Durant cette session il tombe malade et doit commander un lit de camp dans le studio. Après quelques jours de repos dans un hôtel proche du studio il revient et enregistre quelques chansons supplémentaires, incluant « Mississippi Delta Blues ». Comprenant alors  que sa santé est de plus en plus précaire il demande à enregistrer le dernier titre seul avec sa guitare, comme au début de sa carrière…La chanson « Years Ago »sera son testament. Le 26 mai 1933, James Charles Rodgers meurt à 35 ans d’une hémorragie au poumon. Il laisse derrière lui une œuvre qui traversera les âges. Son répertoire sera  repris par presque tous les chanteurs américains. Le dernier tribute album en date regroupe des chanteurs  de la trempe de Bono, Dylan, jerry Garcia  ou Willie Nelson.

La seconde grande découverte des séances de bristol est un groupe du nom de « carter family ».

La Carter Family est originaire de la partie la plus pauvre des appalaches. Au départ il est formé  d’Alvin Pleasant carter et de sa femme Sara. Peu après, Maybelle, leur cousine commence à jouer avec eux et le duo devient un trio. Apprenant qu’un producteur, Ralph Peer, cherche de nouveaux groupes de musique, les Carter se rendent en 1927 à Bristol. pour passer une audition devant lui. Ils réussissent leur audition et enregistrent 6 morceaux pour la compagnie Victor Talking Machine, le tout premier étant Bury Me Under the Weeping Willow.

Image de prévisualisation YouTube

Les enregistrements de Bristol remportent un tel succès que Ralph Peer propose aux Carter d’aller à Camden dans le New Jersey pour une deuxième séance d’enregistrement. C’est là qu’ils enregistrent bon nombre de leurs succès. De nombreux autres suivront, avec des titres qui marquent l’histoire de la musique américaine : The Storms Are on the Ocean (1927), Keep on the Sunny Side (1928), Wildwood Flower (1928), Wabash Cannonball (1929), ou encore Can the Circle Be Unbroken qui sont entrés au Grammy Hall of Fame en 1998. La Carter Family enregistre plus de 300 chansons pour le label victor

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Leur succès commercial s’accompagne malheureusement d’un déclin amoureux et Alvin et sara finissent par divorcer. Le groupe continuent encore quelques temps, mais le coeur n’y est plus et la Carter family finit par se séparer en 1943.

La Carter Family est considérée comme un des piliers de la musique country moderne.

Il  reste célèbre pour ses arrangements de chansons folk traditionnelles, souvent glanées par A.P. lui-même lors de pérégrinations dans les Appalaches. Outre les harmonies vocales le groupe a également marqué le genre par le  jeu de guitare très particulier de  Maybelle Carter. Ce style de jeu est devenu un des styles country les plus connus, on lui donnera le nom de « Carter Lick » . Il s’agit de jouer la mélodie au pouce sur les cordes basses, pendant que les doigts assurent la rythmique sur les cordes plus aigües.

En quelques jours les bristol sessions ont donc permis de changer à tout jamais l’histoire de la country, au point que  de nombreux spécialistes considèrent, aujourd’hui encore,  ces sessions comme étant le big bang de la country music.

Sources

https://en.wikipedia.org/wiki/Bristol_sessions

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jimmie_Rodgers

https://fr.wikipedia.org/wiki/Carter_Family

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par thevox67
Charger d'autres écrits dans La grande histoire

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Harry Smith : Introduction à l’anthologie de la folk Américaine

Harry Smith fût très certainement l’un des plus grands défricheurs de l’Art. Un des grands…